Simulateur

Installation de microstation d'épuration

  • Découvrez nos chantiers de microstation d’épuration et filtre compact réalisés clé-en-main avec fourniture, livraison, terrassement, raccordement, pose et remblaiement, gestion de l’évacuation, mise en service et obtention de la conformité avec le Service Public de l’Assainissement Non Collectif.
  • Chaque cas pratique est présenté de manière totalement transparente avec coût global et détail de la prestation de pose.
  • Concrètement on présente le prix du devis et de la facture finale de l’installation, le travail réalisé avec les difficultés rencontrées sur le chantier.

Une microstation fait partie des solutions d’assainissement individuel les plus plébiscitées sur le marché. Toutefois, leur installation exige le respect d’un certain nombre d’étapes, que nous allons justement aborder ensemble.

Entre le choix de l’emplacement de votre microstation d’épuration, la préparation du dossier administratif ou encore la sous-traitance de sa pose, voici tout ce qu’il faut savoir sur les 7 étapes clés pour réussir l’installation de votre microstation !

Étape n°1 : Déterminer l’emplacement et les éventuelles contraintes de terrain     

La première étape incontournable de l’installation d’une microstation d’assainissement consiste à déterminer l’emplacement de votre future installation.

Il faut garder à l’esprit que cette étape est cruciale, car elle a un impact significatif sur l’efficacité du système, la conformité aux normes locales mais aussi l’intégration plus ou moins harmonieuse de la microstation au sein de votre propriété.

Prenez ainsi le temps de vous familiariser avec les réglementations locales en matière d’assainissement (distance minimale par rapport aux puits, rivières et habitations), analysez la topographie de votre terrain (l’aide de professionnels est vivement recommandée), évitez les zones sujettes aux inondations ou les pentes trop abruptes, et prenez en considération l’espace disponible. Sur ce dernier point, au-delà des dimensions de la microstation, il ne faut pas oublier de prévoir l’espace suffisant pour tous les drains et les tuyaux qui l’accompagnent.

Enfin, l’accessibilité est également un point essentiel. Les techniciens d’entretien auront donc besoin d’accéder facilement à l’installation pour des inspections, des réparations ou encore la vidange de votre microstation.

Dernier point : l’aspect esthétique ! Une fois que toutes les cases précédentes ont été cochées, n’hésitez pas à prendre en compte l’impact visuel de la microstation, notamment si elle est visible depuis votre maison ou d’autres zones fréquentées de votre propriété.

Guide et schéma d’installation d’une microstation d’épuration

Ci-dessous un plan de masse assainissement non collectif réalisé par un bureau d’étude en 2023 pour la rénovation d’une partie d’un corps de ferme dans l’Essonne.

  • Respect des distances règlementaires (> 3m des limites de parcelle, > 5m entre la maison et la zone d’infiltration)
  • Dimensionnement de la filière de traitement des eaux usées (4 EH)
  • Choix d’une famille de produit selon le choix du maitre d’ouvrage propriétaire (microstation d’épuration)
  • Solution d’évacuation des eaux traitées adaptée à la parcelle (tunnels d’infiltration)
schema installation micro station d'épuration

Étape n°2 : Vérifier la ventilation des canalisations 

Deuxième étape : vérifier la correcte ventilation des canalisations !

Cela implique que vous devez vérifier que les conduits d’entrée et de sortie de la microstation sont correctement ventilés pour permettre l’évacuation des gaz produits pendant le processus de traitement. Grâce à cela, vous pourrez garantir un fonctionnement efficace du système en favorisant une aération appropriée des eaux usées.

Les canalisations à l’intérieur de l’habitation doivent également être équipées de ventilation adaptées (salle de bain, toilettes), soit d’une ventilation primaire.

Dans le cas contraire, vous risquez de vous exposer à une accumulation de gaz nocifs, d’odeurs désagréables et d’une réduction significative de l’efficacité de votre microstation.

Toutefois, il faut savoir que certaines micro stations ne possèdent pas de système de prétraitement anaérobies, ce qui implique qu’elles ne dégagent pas de gaz et donc qu’elles n’ont pas besoin de ventilation secondaire ! 

Étape n°3 : Obtenir une attestation de conformité auprès du SPANC

Le SPANC désigne le Service Public d’Assainissement Non Collectif.

Or, dans le cadre de l’installation d’une microstation, il est obligatoire d’obtenir une attestation de conformité délivrée par le SPANC.

Pourquoi ? Tout simplement car le SPANC est l’autorité locale chargée de vérifier que votre système d’assainissement individuel respecte les réglementations en vigueur. Dès lors, pour obtenir cette attestation, vous pouvez commencer par contacter votre SPANC local pour connaître les procédures et les documents nécessaires, puis soumettre un dossier comprenant aussi bien des plans de votre installation, des données techniques sur la microstation que toutes informations utiles concernant votre terrain et les raccordements prévus.

Le SPANC effectuera alors une visite sur place pour inspecter votre système.

Étape n°4 : Creuser la fosse et les différentes tranchées

Le creusement de la fosse et des tranchées est pour sa part une étape physique et stratégique dans l’installation de votre microstation d’assainissement.

Dans un premier temps, nous vous recommandons d’identifier l’emplacement prévu pour la fosse de la microstation ainsi que les différentes tranchées d’arrivée et d’évacuation des eaux usées. Assurez-vous de respecter les normes de profondeur et d’emplacement conformes aux réglementations locales (sachant que la profondeur d’enfouissement de la microstation doit notamment être calculée en fonction du niveau d’entrée et de sortie des eaux usées non traitées, avec une pente de canalisation d’écoulement de minimum 2% à 4% entre les deux).

N’hésitez pas à ajouter une trentaine de centimètres de profondeur pour faciliter par la suite la pose sur le lit de fond de fouille réalisé avec le matériau de remblai (les différents types de microstations ne nécessitant pas la même profondeur).

Avant de creuser, vous devez tenir compte de la topographie du terrain, notamment afin de favoriser le bon écoulement des eaux usées. Les tranchées doivent quant à elles être creusées de manière régulière et en pente douce pour permettre la circulation efficace des eaux, tout en garantissant l’intégrité des parois des tranchées pour éviter tout effondrement. Concernant les dimensions des tranchées, elles doivent correspondre aux spécifications de votre microstation, conformément aux recommandations du fabricant.

Une fois la fosses et les tranchées creusées, assurez-vous de bien les compacter et de les niveler pour éviter tout affaissement. Cette étape est critique, car une excavation inadéquate peut entraîner des problèmes de drainage, d’obstruction, voire des dommages au système !

Étape n°5 : Poser la microstation et effectuer le raccordement des canalisations

Les cuves, les compartiments, et les équipements connexes doivent ensuite être positionnés de manière précise. Pour cela, vous devez notamment respecter des distances de sécurité (souvent spécifiées par le fabricant). Votre microstation doit ainsi être posée sur un lit de pose, plan et de niveau, avec strictement aucun point dur ou faible.

Par exemple, dans un sol sec, ce lit de pose doit être composé de sable humidifié tassé avec une hauteur de 10 à 20 cm, tandis que dans un sol plus humide à même de retenir l’eau, le lit de pose doit plutôt se composer de 20cm de sable stabilisé. Il faut retenir qu’une microstation correctement installée minimise les risques de fuites ou de débordements !

Ensuite, il ne vous reste plus qu’à poser la microstation dans la fosse, puis à vous assurer que sa pose est parfaitement horizontale à l’aide d’un niveau. Enfin, pensez à bien remplir les différents compartiments de la microstation à environ 1/3 de leur capacité avec de l’eau claire, afin que votre microstation soit stabilisée en attendant l’étape du remblayage.

À partir de là, l’étape suivante consiste à procéder au raccordement des canalisations aux tuyaux existants ou bien aux drains préalablement installés. Veillez donc à ce que tous les raccordements soient étanches pour éviter les fuites.

Étape n°6 : Faire le raccordement électrique et la mise en service

Concernant le raccordement électrique et la mise en service de votre microstation d’épuration, la première chose à savoir est que cette étape doit être réalisée par un technicien adressé par le fabricant. Ce dernier pourra notamment procéder à l’intégration d’un disjoncteur de protection thermique ainsi que d’un système d’alerte à même de vous avertir en cas de panne de la microstation, le tout directement sur votre tableau électrique général ou bien sur un tableau électrique déporté.

L’installation du réseau d’alimentation électrique inclura alors l’utilisation d’une gaine D40mm et de fils 4 x 1,5mm² (ou de fils 4 x 2,5mm² au-delà de 15m).

Étape n°7 : Réaliser un contrôle de conformité minutieux et le remblayage

Une fois que toutes les étapes précédentes ont été accomplies, il est enfin temps de procéder à un contrôle de conformité de votre microstation puis à son remblayage.

Cela implique de vérifier que chaque composant est correctement installé et fonctionne conformément aux normes locales ainsi qu’aux recommandations du fabricant. Faites un test de fonctionnement du surpresseur avec contrôle de non bouchage du filtre à poussière. Ensuite, vous pouvez sereinement réaliser le remblayage des tranchées et de la fosse de la microstation, de manière aussi soignée que possible afin de stabiliser les installations, d’éviter les affaissements, et de restaurer la surface de votre terrain de manière uniforme. 

Pour finir, vous pouvez rendre un aspect naturel au terrain.